L’Errant

Né dans les Ténèbres,
Il marche sans fin,
Avec une grande fièvre,
Car l’Errant est un gardien.

Martelant le sol de son pas,
Il erre de ce monde en bas,
Sans but ni raison, il erre,
D’un bout à l’autre de la terre.

Mais parfois il crie et il hurle:
« Seigneur, pourquoi erre-je,
En ce monde! » Dieu hulule
Par un signe que c’est un jeu.

Désespéré, l’Errant continue,
Cette mascarade de la marche toute honte bue.
Il est vivant mais à peine:
Car l’Errant par trop se démène.

errant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close